Déjà plus de 15837 joueurs xbox nous ont déjà rejoint !
S'inscrire | Se Connecter
Arrêtez de vous tourner les pouces !!
Réaliser votre inscription, c'est gratuit ... (pour le moment)

Test L.A. Noire

Le 16/07/2011 à 14:07, article écrit par Gears Of Man (XboxPassion).

Les rues de Los Angeles n’ont jamais étaient aussi noires, aussi malfamées. La police, quand elle n’est pas corrompue, tente de faire respecter l’ordre et la sécurité, mais les crimes deviennent de plus en plus fréquents, leurs mobiles de plus en plus banales. Des histoires de mœurs, de drogues, des tueurs en série qui sévissent sans le moindre scrupule, mais avec la conviction d’avoir le pouvoir de dieu, en jugeant de vie ou de mort sur les innocents qu’ils croisent.
La guerre avait montré de quoi les hommes étaient capables, et la pénombre dans les rues crasseuse de L.A ne fait que révéler leurs véritables identités.

L.A. Noire
Edité par Rockstar mais développé par une équipe encore novice, L.A. Noire tente une approche bien différente de ce que l’on connait de la part de Rockstar, et de tout autre éditeur. Le jeu mêle en effet un univers GTA-Like, en apparence du moins, avec des phases d’enquêtes très poussées, le tout dans une ambiance digne des plus grands polars. Un pari donc pour l’équipe de développement qui en plus de devoir faire ses preuves, tente également de nous séduire en donnant naissance à un nouveau genre.

Une Histoire Envoûtante.



L.A. Noire
Le jeu prend donc place en fin des années 1940. Dans une ambiance d’après-guerre, Cole Phelps, un ancien militaire décoré de la prestigieuse Silver Star pour son combat acharné pendant la guerre, décide après son service de rejoindre les forces de police afin de continuer de servir avec acharnement son pays du mieux qu’il pourra. Le caractère du personnage s’instaure donc très vite dans la tête du joueur, Cole est un gagnant, et ce qui l’intéresse et le prestige, il veut réussir et s’en donne les moyen. Le joueur peut donc incarner un personnage qui dès les premier instant, n’est pas parfait, loin des caricatures, des stéréotypes de héros de guerre. Le jeu devient donc très vite réaliste, avec des personnages, des coéquipiers tous différent, avec une vraie profondeur et un vécu qu’ils partagent entre eux. C’est donc dans cet état d’esprit que Cole va commencer son service en tant qu’officier chargé de la circulation. Très vite, vous devrez faire vos preuves afin de grimper les échelons, passer inspecteur et enquêter sur de véritables crimes.
Dès les premières heures, on prend connaissance de l’univers du jeu. Basé sur l’époque, les décors fourmillent de détails, les passant sont nombreux, bien modélisés, les voitures ont la maniabilité de l’époque, en tournant d’une manière très sec. Là encore, la conduite change en fonction du véhicule, choses très appréciable pour adapter son style de jeu à un véhicule de prédilection. Là où le joueur restera en admiration et devra également apprendre à utiliser à bon escient, est l’animation faciale utilisé par les développeurs. Les visages sont modélisés à la perfection, les centaines de muscles modélisés permettent de voir en détail les expressions de chaque personnage. Vous devrez donc lors de vos interrogatoires, tenter de repérer les suspects susceptibles de mentir ou non. Des yeux fuyant votre regard, du mordillage de lèvre ou encore un grain de voie hésitant, vous devrez analyser leurs comportements, et dire s’ils doutent, s’ils disent la vérité ou s’ils mentent. Cette dernière action devra être suivit de preuve trouvé sur une scène de crime par exemple, avant d’être prononcé.

Des Enquêtes Prenantes.



L.A. Noire
Lors des 21 enquêtes du jeu, vous devrez donc faire face à une menace toujours différente, attirant toujours de plus en plus la presse, et dans chacune d’entre elles, un coupable devra être trouvé, innocent ou non, à vous d’en juger. Vous devrez donc en arrivant sur une scène de crimes, commencer par relever les indices présents, et là encore, attention au surplus d’information pouvant vous faire interpréter des choses d’une autre manière. Certains indices seront cruciaux, d’autres complètements inutiles. Pour réussir à s’en sortir, le jeu fait appel à de nombreuses aides, comme une vibration du pad lorsque Cole approche d’un indice, ou encore une musique annonçant que tous les indices d’une scène de crimes ont été trouvés. Le tout rend le jeu évidemment grand public, très accessible, mais les puristes pourront désactiver les aides pour que leur plaisir de farfouiller à droite à gauche reste intact.
Quelques phases d’actions seront également présentes, mais en petite quantité. Des courses poursuites à pied, en voiture, de petit gunfight, d’autre plus long, mais aussi plus rares, et également quelques combats à mains nus, permettant de se défouler le temps d’une minute. Certaines de ces phases sont très agréable, très bien réalisé mais aussi très scriptées. D’autres sont en revanche assez mal amenées, peu surprenante et semblent n’avoir été rajoutées que bien plus tard dans le développement.

L.A. Noire
Concernant la durée de vie, l’histoire principale vous demandera une petite quinzaine d’heures si vous prenez le temps de découvrir l’univers ultra réaliste de l’époque. A savoir que 40 autres délits sont faisable, dans lesquels vous devrez intervenir sur des conflits, comme des disputent conjugales, des braquages ou des chauffards. Vous pourrez aussi tenter de monter dans tous les véhicules et de découvrir tous les monuments du jeu. En tout, comptez environ 25 heures, et plus si vous désirez rejouer les enquêtes pour avoir une note de cinq étoiles dans chacune d’entre elles.



L.A. Noire
17/20

Au finale, L.A. Noire réussit son pari d’instaurer un nouveau genre, l’enquête. Là ou d’autres titres avaient intégrés l’idée comme un atout, L.A. Noire en fait une omniprésence dans son titre, et nous plonge dans une histoire envoutante et bourré de rebondissements. Beau, fin, surtout au niveau des visages, le jeu nous transporte également dans une ville de Los Angeles vivante et modélisée à la perfection. Les enquêtes sont diverses, chacune surprenante à sa manière, et leurs dénouements dépend de votre interprétation des indices. Ce qui ont les nerfs bien accrochés, avides de jeu ou l’histoire et la narration prennent une place importante, se jetteront dessus pour découvrir les bas-fonds corrompus de L.A.

Poster votre commentaire :

Envoyer

Finalisez votre inscription en 2 clics pour poster votre commentaire :

Envoyer


Réactions en chaîne :

Ah cool un nouveau test  ;D

J'adore ton intro, j'ai eu les frissons  :o

Je me laisserai bien tenter à l'occaz de me faire une petite virée dans les rue de L.A  ;)

Posté le 17 Juillet 2011 à 13:39:20 par yam

Bravo gears-of-man :D

Excellent travaille et test ;)

Posté le 17 Juillet 2011 à 14:35:56 par *Grominou*

Un futur vidéo-test....... ????

Posté le 17 Juillet 2011 à 14:41:12 par Marmotons

Il y a ceci Baboun qui en parle  ::) ;)

Vous devez être connecté pour visualiser ce lien !

Posté le 17 Juillet 2011 à 14:46:46 par *Grominou*

Lire l'ensemble des 11 commentaires